Decretum Gelasianum
(Décret de Gélase)

ou

Lettre décrétale sur les livres à recevoir et à ne pas recevoir.
(Début VIe siècle)


Table des matières


Ici débute le Concile de Rome, sous le pape Damase sur "l'Explication de la foi" (note)

 

I. Il a été dit :

1. Premièrement, détail de l'Esprit aux sept aspects qui demeure en Christ (notes)
Esprit de Sagesse : "Christ puissance de Dieu et sagesse de Dieu"
Esprit d'Intelligence : "Je te donnerai l'intelligence, je t'instruirai dans la voie que tu suivras"
Esprit de Conseil : "Et son nom est appelé Ange du grand Conseil"
Esprit de Force : comme précédemment " puissance de Dieu et sagesse de Dieu"
Esprit de Science : "A cause de l'éminence de la connaissance de Jésus Christ" comme dit l'Apôtre. (notes)
Esprit de Vérité : "Je suis la Voie, la Vie et la Vérité"
Esprit de Crainte de Dieu : "Le commencement de la sagesse, c'est la crainte du Seigneur"

2. La répartition du Nom du Christ est néanmoins multiforme
Seigneur, parce qu'Esprit
Parole, parce que Dieu
Fils, parce qu'Unique-Engendré du Père
Homme, parce que né d'une Vierge
Prêtre, parce qu'Il s'est offert en sacrifice
Ver, parce que Ressuscité (notes)
Montagne, parce qu'Il est fort
Chemin, parce que Droit
Porte, parce que celui qui passe par Lui est dans la Vie
Agneau, parce qu'Il a souffert
Pierre, parce qu'Il est l'Angle de l'édifice
Chef, parce qu'Il montre la Vie
Soleil, parce qu'Il illumine
Véritable, parce qu'Il vient du Père
Vie, parce que Créateur
Pain, parce que Cher
Samaritain, parce que Protecteur et Miséricordieux
Christ, parce qu'Il a reçu l'Onction
Jésus, parce que Sauveur
Dieu, parce que venant de Dieu
Ange, parce qu'Envoyé
Engagement, parce que Médiateur
Vigne, parce que nous sommes rachetés par son sang
Lion, parce que Roi
Rocher, parce qu'Il est un appui
Fleur, parce que Excellent
Prophète, parce qu'il dévoile le futur

3. En effet, l'Esprit n'est pas l'esprit du Père seulement, ou l'Esprit du Fils seulement, mais l'Esprit du Père et du Fils, car il est écrit : "Si quelqu'un aime le monde, l'Esprit du Père n'est pas en lui", et il est aussi écrit,: "Quiconque n'a pas l'Esprit du Christ, celui-là n'est pas à Lui". De sorte que le Saint Esprit est compris comme étant nommé du Père et du Fils, ce que le Fils Lui-même dit dans l'Evangile, que l'Esprit Saint "vient du Père" et " Il recevra de ce qui est à Moi, et vous l'annoncera "

II. De même, il est dit

Maintenant, le vrai détail des divines écritures, qui sont reçues par l'Eglise catholique universelle ; ou (celles) qui doivent être évitées

1. Ordre de l'Ancien Testament

Genèse

un livre

Exode

un livre

Lévitique

un livre

Nombres

un livre

Deutéronome

un livre

Jésus (fils de) Naué

un livre (notes)

Juges

un livre

Ruth

un livre

Règnes

quatre livres (notes)

Paralipomènes (Chroniques)

deux livres

150 Psaumes

un livre

Trois livres de Salomon

 

proverbes

un livre

ecclésiaste

un livre

cantique des cantiques

un livre

La Sagesse, du même

un livre (notes)

Ecclésiastique

un livre (notes)

2. De même, Ordre des Prophètes:

Esaïe

un livre

Jérémie

un livre

avec "Cinoth", c'est à dire ses Lamentations

 (notes)

Ezéchiel

un livre

Daniel

un livre

Osée

un livre

Amos

un livre

Michée

un livre

Joël

un livre

Abdias

un livre

Jonas

un livre

Nahum

un livre

Habbakuk

un livre

Sophonie

un livre

Aggée

un livre

Zacharie

un livre

Malachie

un livre

3.De même, ordre des Histoires:

Job

un livre

Tobit

un livre

Esdras

deux livres (notes)

Esther

un livre

Judith

un livre

Macchabées

deux livres (notes)

4. De même, Ordre des Ecritures du Nouveau Testament que la sainte et catholique Eglise romaine reçoit et qui est vénéré:

Les "Evangiles" : quatre livres

 

selon Matthieu

un livre

selon Marc

un livre

selon Luc

un livre

selon Jean

un livre

De même, les Actes des Apôtres

un livre

Les lettres de l'apôtre Paul, au nombre de 14

 

aux Romains

une lettre

aux Corinthiens

deux lettres (notes)

aux Ephésiens

une lettre

aux Thessaloniciens

deux lettres

aux Galates

une lettre

aux Philippiens

une lettre

aux Colossiens

une lettre

à Timothée

deux lettres

à Tite

une lettre

à Philémon

une lettre

aux Hébreux

une lettre

De même, l'Apocalypse de Jean

un livre

De même, les épîtres canoniques, au nombre de sept (notes)

 

de l'apôtre Pierre

deux lettres

de l'apôtre Jacques

une lettre

de l'apôtre Jean

une lettre

d'un autre Jean, l'Ancien (notes)

deux lettres

de l'apôtre Jude le zélote

une lettre

Fin du canon du Nouveau Testament.

III. de même, il est dit :

Ici commence le décret des livres à recevoir et ne pas recevoir, écrit par le pape Gélase, et soixante-dix hommes de grande érudition, évêques du siège apostolique de la ville de Rome.

1. Après toutes ces Ecritures prophétiques, évangéliques et apostoliques que nous avons mentionnées plus haut et sur lesquelles l'Eglise catholique, par la grâce de Dieu, est fondée, nous avons estimé devoir souligner également ceci, à savoir que si c'est bien à l'Eglise catholique répandue par tout l'univers que revient l'unique chambre nuptiale du Christ, pour autant la sainte Eglise romaine n'est pas placée devant les autres Eglises par des édits de synodes, mais elle a reçu la primauté de par la parole évangélique du Seigneur et Sauveur disant : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle, et je te donnerai les clés du Royaume des cieux, et tout ce que tu auras lié sur terre sera lié aussi au ciel, et tout ce que tu auras délié sur terre sera délié aussi au ciel.

2. A cela s'est ajouté également la compagnie du très bienheureux Apôtre Paul, le vase d'élection : ce n'est pas à un autre moment, comme le disent sottement les hérétiques, mais au même moment, le même jour, par une mort glorieuse avec Pierre, qu'il a été couronné en combattant, dans la ville de Rome, sous l'empereur Néron : et de la même manière ils ont consacré au Christ l'Eglise romaine susdite, et par leur présence et leur triomphe vénérable ils l'ont placée avant toutes les autres villes dans le monde entier.

3. Le premier siège de l'apôtre Pierre est donc l'Eglise romaine qui n'a ni tache, ni ride, ni rien de semblable.

Le deuxième siège cependant fut consacré à Alexandrie au nom du bienheureux Pierre par le disciple et évangéliste Marc son disciple et évangéliste. Lui même, dirigé par l'apôtre Pierre en Egypte, annonça la Parole de vérité et acheva (sa vie) glorieusement par le martyre.

Comme troisième est tenu en honneur le siège du bienheureux apôtre Pierre à Antioche, puisqu'il y a habité avant de venir à Rome, et que là est apparu pour la première fois le nom de " chrétiens " pour la race nouvelle.

IV. Et bien que personne ne puisse "poser d'autre fondement que celui qui a été posé et qui est Jésus Christ", l'Eglise sainte, c'est-à-dire l'Eglise romaine, n'interdit pas que pour son édification, outre les Ecritures de l'Ancien et du Nouveau Testament que nous recevons selon la règle, soient reçus également ces autres écrits

1. Le saint synode de Nicée, selon les Trois cent dix huit pères, présidé par l'Auguste Constantin le Grand, lors duquel l'hérétique Arius a été condamné,
le saint synode de Constantinople présidé par l'Auguste Théodose l'Ancien, lors duquel l'hérétique Macédonius a reçu la condamnation méritée ;
le saint synode d'Ephèse lors duquel Nestorius a été condamné avec l'accord du bienheureux Pape Célestin, représenté par Cyrille de l'éminent siège d'Alexandrie et par l'évêque Arcadius, envoyé d'Italie ;
le saint synode de Chalcédoine présidé par l'Auguste Marcien et par l'évêque Anatole de Constantinople, lors duquel les hérésies de Nestorius et d'Eutychès, avec celle de Dioscore et ses complices, ont été condamnées. (Notes)
Mais également d'autres synodes, s'il en est, qui ont été tenus par les saints pères jusqu'à aujourd'hui et dont nous avons décrété qu'ils doivent être observés et reçus outre l'autorité de ces quatre. Sont aussi ajoutés ci après les ouvrages des saints Pères qui sont reçus dans l'Eglise.

(2.) (Notes)

De même les ouvrages du bienheureux Cécilius Cyprien, martyr et évêque de Carthage. (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux Grégoire, évêque de Nazianze (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux Basile, évêque de Cappadoce (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux Jean, évêque de Constantinople (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux Théophile, évêque d'Alexandrie
De même les ouvrages du bienheureux Cyrille, évêque d'Alexandrie
De même les ouvrages du bienheureux Hilaire, évêque de Poitiers (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux Ambroise, évêque de Milan (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux Augustin, évêque d'Hippone (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux prêtre Jérôme (Notes)
De même les ouvrages du bienheureux Prosper, homme très pieux (Notes)

3. De même la lettre du bienheureux pape Léon destinée à Flavien, évêque de Constantinople ; quiconque, s'agissant de son texte, discute ne serait-ce qu'un seul iota et qui ne le reçoit pas avec vénération en toutes ses parties, qu'il soit anathème. (Notes)

De même les ouvrages et traités de tous les pères orthodoxes qui n'ont dévié en rien de la communauté de l'Eglise romaine, ni ne se sont séparé de sa foi, ou de son enseignement, mais furent participants de sa communion par la grâce de Dieu jusqu'au dernier jour de leur vie, il est décidé qu'ils doivent être lus.

De même que doivent être reçues avec vénération les lettres décrétales que les bienheureux papes ont écrites à divers moments depuis la ville de Rome pour conseiller divers pères.

4. De même les Actes des saints martyrs, qui rayonnent par les multiples tourments et supplices, et par les admirables confessions triomphantes. Qui, parmi les catholiques, doute que la plupart d'entre eux ait pu supporter de souffrir patiemment non par sa propre force, mais par la grâce de Dieu et le soutien général ?

Mais selon une coutume ancienne et selon une prudence particulière, ils ne sont pas lus dans la sainte Eglise romaine, parce que les noms de ceux qui les ont écrits sont totalement inconnus et qu'ils sont considérés par les non-croyants et par les ignorants comme superflus ou comme moins appropriés que ne l'était la réalité des faits. Il en est ainsi de ceux de Cyrique et Julitte, ainsi aussi de ceux de Georges qui semblent avoir été composés par des hérétiques.

C'est pourquoi, ainsi qu'il a été dit, pour qu'il n'y ait pas même la moindre occasion de moquerie, ils ne sont pas lus dans la sainte Eglise romaine. Néanmoins, avec ladite Eglise, nous vénérons avec une entière dévotion tous les martyrs ainsi que leurs glorieux combats qui sont mieux connus de Dieu que des hommes.

De même nous recevons avec une pleine vénération les vies de Paul, Antoine, Hilarion, et de tous les ermites, mais seulement celles qu'a composées le très bienheureux Jérôme.

De même, les Actes du bienheureux Sylvestre qui présidait au siège apostolique, quoique le nom de celui qui les a rédigé soit inconnu, néanmoins nous savons que nombreux sont les catholiques qui les lisent dans la Ville de Rome, et à cause de l'ancienneté de cet usage ceci est imité de beaucoup d'églises.

De même l'Ecrit de la découverte de la Croix, et d'autre part l'Ecrit de la découverte de la Tête de Jean Baptiste sont des nouveautés qui sont remises en avant, et quelques catholiques les lisent. Mais si cela parvient entre les mains des catholiques, cette phrase du bienheureux apôtre Paul doit précéder : " Examinez tout, retenez ce qui est bon " .

De même Ruffin, un homme religieux, a publié de nombreux livres d'un ouvrage ecclésiastique et il a interprété également certaines Ecritures. (Notes)
Mais parce que le vénérable Jérôme l'a blâmé en certaines choses, à propos du libre arbitre, nous pensons ce que nous savons qu'a pensé ledit bienheureux Jérôme, et cela n'est pas vrai seulement pour Ruffin, mais également pour tous ceux que cet homme souvent mentionné blâme dans son zèle pour Dieu et dans la piété de la foi.

De même nous recevons comme devant être lues certaines oeuvres d'Origène que le très bienheureux Jérôme ne rejette pas. Mais tout le reste, nous disons que cela doit être rejeté avec son auteur. (Notes)

De même la Chronique d'Eusèbe de Césarée, avec ses livres de l'Histoire Ecclésiastique, quoiqu'il se soit échauffé dans le premier livre des ses récits et qu'ensuite il ait composé un livre d'éloge et de justifications du schismatique Origène, cependant à cause la connaissance de choses exceptionnelles, qui sont utiles pour l'instruction, nous ne disons en aucun cas qu'ils soient rejetés.

De même, nous louons Orose, savant exceptionnel, qui composa et agença un Histoire admirable et brève, fort utile (contre) les calomnies de nos adversaires païens

De même l'ouvrage sur la Pâque du vénérable Sédulius, écrit en hexamètres, nous lui décernons des marques d'éloge.

De même, nous ne repoussons pas plus l'ouvrage appliqué de Juvencus, mais nous l'admirons

V. Le reste, qui a été composé ou proclamé par des hérétiques ou des schismatiques, l'Eglise catholique et apostolique ne le reçoit d'aucune manière, parmi lesquels nous croyons devoir être placés ci-dessous quelques-uns, pour qu'ils soient retenus en mémoire, et évités par les catholiques
De même : liste des livres apocryphes (Notes)

En premier lieu, nous affirmons que le synode de Syrmium, convoqué par le César Constance, fils de Constantin, réuni par le préfet Taurus est condamné maintenant et pour toujours. (Notes)

"L'itinéraire" au nom de l'apôtre Pierre, appelé "Les neuf livres de Saint Clément"

apocryphe

Les "Actes" au nom de l'apôtre André

apocryphe

Les "Actes" au nom de l'apôtre Thomas

apocryphe

Les "Actes" au nom de l'apôtre Pierre

apocryphe

Les "Actes" au nom de l'apôtre Philippe

apocryphe

Un "Evangile" au nom de Mathias

apocryphe

Un "Evangile" au nom de Barnabé (Notes)

apocryphe

Un "Evangile" au nom de Jacques le mineur (Notes)

apocryphe

Un "Evangile" au nom de l'apôtre Pierre

apocryphe

Un "Evangile" au nom de Thomas en usage chez les Manichéens

apocryphe

Les "Evangiles" au nom de Bartholomée

apocryphes

Les "Evangiles" au nom d'André

apocryphes

Les "Evangiles" falsifiés par Lucien

apocryphes

Les "Evangiles" falsifiés par Hesychius

apocryphes

Le livre de l'Enfance du Sauveur

apocryphe

Le livre de la Nativité du Sauveur et de Marie ou "la Sage-femme"

apocryphe

Le livre appelé le Pasteur (Notes)

apocryphe

Tous les livres que fit Leucius le disciple du diable

apocryphes

Le livre appelé les Fondements (Notes)

apocryphe

Le livre appelé le Trésor

apocryphe

Le livre des filles d'Adam Leptogeneseos (Notes)

apocryphe

Le poème sur le Christ réunis en vers virgiliens

apocryphe

Le livre appelé "Actes de Thècle et Paul"

apocryphe

Le livre appelé Nepotis (Notes)

apocryphe

Les livres de "Proverbes" rédigés par des hérétiques et intitulés du nom de saint Sixte 

apocryphe

L'Apocalypse dite de Paul

apocryphes

L'Apocalypse dite de Thomas

apocryphes

L'Apocalypse dite d'Etienne

apocryphes

Le livre appelé "le Passage de sainte Marie" (Transitus sanctae Mariae)

apocryphe

Le livre appelé "la Pénitence d'Adam"

apocryphe

Le livre dit de "Og le géant" qui, selon les hérétiques, combattit avec le dragon, après le déluge

apocryphe

Le livre appelé "Testament de Job"

apocryphe

Le livre appelé "Pénitence d'Origène"

apocryphe

Le livre appelé "Pénitence de saint Cyprien"

apocryphe

Le livre appelé "Pénitence de Jamnès et Mambrès"

apocryphe

Le livre appelé "Sorts des apôtres (Notes)

apocryphe

Le livre appelé "Louange des apôtres" (Notes)

apocryphe

Le livre appelé "Canons des apôtres"

apocryphe

Le livre "Le Physicien" (Physiologus) rédigés par des hérétiques et intitulés du nom du bienheureux Ambroise 

apocryphe

L'Histoire d'Eusèbe Pamphile (Notes)

apocryphe

Les oeuvres de Tertullien (Notes)

apocryphes

Les oeuvres de Lactance, aussi appelé Firmianus

apocryphes

Les oeuvres d'Africanus

apocryphes

Les oeuvres de Postumianus et Gallus

apocryphes

Les oeuvres de Montan, Priscille et Maximilla (Notes)

apocryphes

Les oeuvres de Fauste le Manichéen

apocryphes

Les oeuvres de Commode

apocryphes

Les oeuvres de l'autre Clément, d'Alexandrie

apocryphes

Les oeuvres de Thascius Cyprianus

apocryphes

Les oeuvres d'Arnobe

apocryphes

Les oeuvres de Tichonius

apocryphes

Les oeuvres de Cassien, prêtre gaulois (Notes)

apocryphes

Les oeuvres de Victorinus de Pettau

apocryphes

Les oeuvres de Fauste de Riez en Gaule (Notes)

apocryphes

Les oeuvres de Frumentius Caecus

apocryphes

Le poème sur le Christ réunis en vers virgiliens (Notes)

apocryphe

La lettre de Jésus à Abgar (Notes)

apocryphe

La lettre d'Abgar à Jésus

apocryphe

La passion de Cyrique et Julitte

apocryphe

La passion de Georges

apocryphe

L'écrit appelé "Interdiction de Salomon"

apocryphe

Toutes les amulette qui sont inscrites non pas au nom des anges -comme ils prétendent - mais au nom de grands démons

apocryphes

Tout cela et ce qui y est semblable, qu'ont enseigné ou écrit Simon le Magicien, Nicolas, Cérinthe, Marcion, Basilide, Ebion, Paul de Samosate, Photin et Bonose qui produisirent de semblables erreurs, Montan et avec lui ses obscènes suiveurs, Apollinaire, Valentin le Manichéen, Fauste l'Africain, Sabellius, Arius, Macédonius, Eunome, Novat, Sabbatius, Caliste, Donat, Eusthate, Jovinien, Pélage, Julien d'Eclane, Celestius, Maximien, Priscilien d'Espagne, Nestorius de Constantinople, Maxime le Cynique, Lampetius, Dioscore, Eutychès, Pierre et un autre Pierre, l'un qui a sali Alexandrie, l'autre Antioche, Acace de Constantinople et ses compagnons, et non seulement eux, mais aussi toutes les hérésies, et ce que les disciples des hérétiques et schismatiques ont enseigné et mis par écrit, eux dont les noms n'ont pas du tout été retenus, nous le déclarons non seulement comme rejeté mais également comme éliminé par toute l'Eglise romaine, catholique et apostolique, et comme condamné pour toujours, avec leurs auteurs et leurs lecteurs, par le lien indissoluble de l'anathème.


Avertissement du traducteur

Je n'ai bénéficié que d'une "initiation" au collège, il y a de nombreuses années, et ne suis donc pas un latiniste du tout. Cependant, ayant eu besoin de consulter le "Décret de Gélase", je me suis rendu compte qu'il ne s'en trouve aucune traduction française disponible sur le web.

J'ai donc suivi l'exemple de Roger Pearse du "Tertullian Project".

Ma méthode a été la suivante : là où le texte était déjà traduit dans le Denzinger (n° 350 à 354), j'ai repris cette traduction ; là où je ne disposais que du texte latin disponible en ligne (et accessoirement de la traduction anglaise de M. Pearse), j'ai ressorti mon vieux Gaffiot, le fameux dictionnaire Latin-Français. Enfin, dans quelques cas que je signale, j'ai préféré le texte proposé en appendice aux œuvres de Sedulius dans le tome XIX de la Patrologiae Cursus Completus de Migne (1846), col 787 - 794 (Quarti saeculi poetarum christianorim,). Cette édition du Decretum y est tout sauf un texte critique. Cependant, la langue en est moins "rugueuse". Notons toutefois que cet appendice ne comprend que les parties I, II et III du Decretum. Je l'indique sous le sigle "PCC" dans les notes.

Il va de soi que malgré le soin pris, j'ai pu commettre quelque contresens. Qu'un latiniste veuille bien se donner la peine de revoir ce texte, pour l'utilité commune.

J'ai, dans la mesure du possible vérifié les titres des ouvrages apocryphes dans la Liste fournie au premier Tome du "Dictionnaire des apocryphes" publié par Migne (1856).

Enfin, je n'ai pas, dans ma présentation, tenu compte des différentes formes (longue, courte) sous lesquelles le Decretum Gelasianum nous est parvenu.

Mon but n'est en aucun cas de faire œuvre scientifique (ce dont je n'ai ni les moyens, ni les compétences), mais de rendre moins inaccessible un document parfois cité.

Albocicade
Juin 2007

Notes du traducteur

ref

note

Titres

Damase fut pape de 366 à 384 ; Gélase de 492 à 496 ; et selon le Pr Dobschütz, le "decretum gelasianum" serait à dater entre 519 et 553

 

I. Sur le Christ et l'Esprit

I. 1

Esprit "septiforme", cf. Apoc 3.1 etc

I. 1

Voici les références des textes auxquels il est fait allusion ci après : 1 Cor 1.24 ; Ps 21.8 ; Es 9.6 ; 1 Cor 1.24 ; Phil 3.8 ; Jn 14.6 ; Ps 110.6

I. 1

Ayant des doutes sur le sens de 'Propter emninentiam Christi scientiae Iesu apostoli', j'ai donc choisi de suive le texte limpide proposé dans PCC : " propter eminentiam scientiae jesu christi, ut ait apostolus "

I. 2

Pour le "ver", cf Ps 21.7 (Ps 22.7 en numérotation heb). Cette comparaison surprenante a parfois été commentée. Notons toutefois qu'elle est si peu familière qu'elle a disparu du texte de PCC (qui l'indique seulement en note)

 

II. Les livres bibliques

II. 1

Jésus de Navé = Josué fils de Noun

II. 1

Les quatre "Livres des Règnes" sont, selon la nomenclature de la Bible hébraïque généralement suivie actuellement : 1 et 2 Règnes = 1 et 2 Samuel; 3 et 4 Règnes = 1 et 2 Rois

II. 1

Comme les "Trois mousquetaires", les "Trois livres de Salomon" sont quatre…

II. 1

Ecclésiastique ou Sagesse de Sirach

II. 2

Jérémie n'est compté que pour un livre avec les Lamentations. Le nom "Cinoth", vient de l'hébreu, on le trouve entre autres chez Jérôme. A noter que nous sommes dans une configuration dépendant de la LXX, et que Jérémie comprend évidemment "Baruch" et la "Lettre"

II. 3

Le Dictionnaire de Patrologie de l'abbé Sevestre, Tome III col 963 (Migne, 1852) indique que le Decretum ne reconnaît qu'un livre des Macchabées comme canonique. Le texte latin dont je dispose porte cependant bien "deux livres", PCC aussi…

II. 3

Deux livres d'Esdras. Il ne s'agit pas d'Esdras et du Esdras A' de la LXX, mais des livres connus comme Esdras et Néhémie

II. 4

Etrange ! Il s'agit des lettres dites "catholiques" " catholicae epistulae " et non, comme le présente le texte latin des " canonicae epistulae "(qui bien sûr sont "canoniques"). J'ai cependant laissé le texte tel quel, dans la mesure où PCC le présente aussi comme cela.

II. 4

L'indication de deux "Jean" remonte à Papias. On retrouve la même idée chez Jérôme dans son De viri inlustribus

 

III. La communion de l'Eglise

 

IV. Ecrits des Conciles, des Père et autres auteurs

IV. 1

Ainsi sont cités les quatre premiers "Conciles œcuméniques" : Nicée 1, Constantinople, Ephèse et Chalcédoine. Les canons des Conciles

IV. 2

Le second alinéa n'est pas indiqué dans le texte latin en ligne, mais doit nécessairement se trouver ici

IV. 2

Lettres et traités de St Cyprien

IV. 2

Grégoire de Nazianze, ou St Grégoire le Théologien

IV. 2

Basile de Cappadoce, ou St Basile le Grand Homélies, lettres, discours

IV. 2

Jean de Constantinople ou St Jean Chrysostome. Œuvres complètes A noter que nous avons ici, réunis, les "Trois saints Hiérarques"

IV. 2

Quelques œuvres de St Hilaire

IV. 2

Œuvres diverses de St Ambroise

IV. 2

Œuvres complètes de St Augustin

IV. 2

Le prêtre Jérôme : St Jérôme, traducteur de la Vulgate Œuvres diverses

IV. 2

Le bienheureux Prosper : Prosper d'Aquitaine

IV. 3

Le fameux "Tome à Flavien" qui fut lu au Concile de Chalcédoine

IV. 4

Rufin d'Aquilé. D'abord ami de Jérôme, ils s'opposèrent à propos de la doctrine d'Origène

IV. 4

L'origénisme, et le nom même d'Origène ont été condamnés au second Concile de Constantinople, en 553

 

V. Ecrits apocryphes

V.

Une liste sinon exhaustive, du moins importante, des livres apocryphes connus se trouve dans le Tome I du "Dictionnaire des Apocryphes" de Migne (1856) Nombre d'entre eux sont aussi présentés dans le Tome 21 des œuvres de Voltaire, sous le titre : Collection d'anciens évangiles. Voir aussi les Notices et fragments (On trouve aussi ces textes sur le site "Voltaire intégral")

V.

Le "synode de Sirmium", tenu en 351, de tendance arienne, à la demande de l'empereur Constance II.

V.

Cet "évangile de Barnabé" est à ne pas confondre avec un autre texte, médiéval celui-là, qui parle de Muhammad et que certains musulmans tentent de faire passer pour authentique.

V.

Cet "évangile de Jacques le mineur" pourrait bien être le "Protévangile de Jacques"

V.

Le pasteur d'Hermas, qui a été tenu pour canonique par Tertullien, Irénée, Origène et Clément d'Alexandrie, a finalement été rejeté à cause de son caractère "récent". Il nous est cependant transmis par le Codex Sinaiticus.

V.

Il a existé deux livres intitulés "les fondements" : les "Fondements du monde" et les "Fondements de la foi"

V.

Le livre des filles d'Adam est identifié, mais que signifie "Leptogeneos"?

V.

Le Nepotis, ou livre de Nepos, ou livre "des neveux"… ?

V.

"Louange des apôtres" : Cette traduction s'obtient en corrigeant l'inintelligible "lusa" en "laus". Cette traduction est proposée dans Voltaire, ainsi que dans une collection de canons : p. 30, note 37.

V.

Eusèbe Pamphile, ou Eusèbe de Césarée est précédemment autorisé (IV. 4) Il est ici en compagnie d'auteurs de grande réputation (Tertullien, Lactance, Clément d'Alexandrie…) qui, s'ils ne sentaient pas directement le fagot, avaient dans leurs œuvres des parties dont l'orthodoxie n'était pas en tout point inattaquable.

V.

Tertullien : œuvres complètes

V.

Montan, fondateur du "Montanisme", mouvement "enthousiaste" et séparatiste auquel se rattacha Tertullien, avant de s'en séparer, sans pour autant renouer avec l'Eglise.  Il est ici nommé en compagnie de ses deux "prophétesses".

V.

Jean Cassien, auteur des "Institutions cénobitiques" et des "Conférences". Accusé de semi-pélagianisme en occident,il fut cependant très lu dans les monastères latins, et compté au rang des saints dans l'Eglise orthodoxe.

V.

Moine de Lérins puis évêque de Riez, Fauste fut, comme beaucoup, accusé de "semi-pélagianisme"

V.

" Le poème sur le Christ " Bis repetita placent !!! il est déjà rejeté précédemment.

V.

La correspondance apocryphe entre Abgar et Jésus est justement rapportée par le contesté Eusèbe de Césarée, dans son Histoire Ecclésiastique (I. 13)

V.

Pour le texte sur les amulettes, j'ai considéré que "ut illi configunt" est fautif, et qu'il convient de lire "ut illi confingunt", "comme ils le prétendent"


This page has been accessed by ****** people since 21st June 2007.


Return to the Tertullian Project Original            English translation About these pages