Recherches de Science Religieuse 11 (1921), 98

TERTULLIEN INÉDIT ?

Dans les admirables Miscellanea Geronimiana publiés par les presses vaticanes à l'occasion du quinzième centenaire de saint Jérôme, le Révérendissime Dom A. Amelli, abbé du Mont-Cassin, édite, d'après un florilège du neuvième au dixième siècle (Codex Casinensis,384), un certain nombre de textes patristiques non identifiés, et fait appel à la bonne volonté des travailleurs. Deux de ces textes sont attribués à Tertullien et ont paru présenter quelque saveur d'inédit (p. 178).

Filius Dei visus est Abrahe et ospitio receptus. Quod enim futurum erat meditabatur in sacramento. Hospes Habrahe futurus, cuius filiorum pedes ad approbationem quod ipse esset abluit, reddens in filiis eius hospitalitatis quod aliquando federaverat pater.

Ce texte doit être restitué à Novatien, De Trinitate, 18; ce qui n'étonnera personne, puisque le De Trinitate a traversé les siècles sous le nom de Tertullien. - Bien entendu, on lira faeneraverat, au lieu de federaverat.

Hi sunt qui venerunt ex magna tribulatione et laverunt stolas suas et candidas eas fecerunt in sanguine Agni (Ap., VII, 14). Vestitus animae, caro est, maculis quidem baptismate abluitur a sordibus, martyrio vero candidatur.

Ce texte appartient bien réellement à Tertullien; il se lit, Scorpiace, 12. Si Dom Amelli ne l'a point aperçu, c'est pur hasard, car il avait ouvert Tertullien à la bonne page. - Donc, en somme, rien d'inédit. Mais l'intérêt que j'ai pris a ce beau travail ne doit pas se mesurer à l'insignifiance de la présente contribution.

Adhémar d’ALES
Paris

 


This page has been accessed by ****** people since 11th December 1999.


Return to the Tertullian Project English translation About these pages